MARIE DESPLECHIN / THIERRY THIEU NIANG

TOUCHEE PAR LES FEES

mise en scène

Thierry Thieû Niang

Danseur et chorégraphe, Thierry Thieû Niang associe à ses projets de création des enf...

en savoir plus

Texte de Marie Desplechin
Mise en scène Thierry Thieû Niang

Avec Ariane Ascaride

Ariane Ascaride raconte son enfance, inextricablement liée au théâtre : son père, coiffeur d’origine napolitaine, jouait et dirigeait une troupe d’amateurs marseillais issus de la Résistance. C’est là qu’Ariane, entre son rêve d’interpréter Puck dans Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare et sa rencontre avec Noureev, fait ses premières armes…Un rapport intime quasi fantasmagorique entre l’actrice et son art – écrit par Marie Desplechin, et "mis en corps" par le chorégraphe Thierry Thieû Niang – rend Ariane unique et universelle.

Touchée par les fées est la version longue, créée pour la Maison des Métallos puis au Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie, de Une proposition pour un jour d’été commandée à Ariane Ascaride en 2010 par le Festival d’Avignon et la SACD dans le cadre des "Sujets à vif".

Lumières : Jimmy Boury / Costumes : Merima Trailovic et Lucie Mestre

Remerciements : L'Odéon - Théâtre de l'Europe / Théâtre de la Girandole - Montreuil
 

Tournée 2017-2018

Théâtre de RoanneRoanne
2 rep. les 3 et 4 octobre 2017

Maison de la Culture - Le CorbusierFirminy
1 rep. le 5 octobre 2017

Théâtre Christian LigerNîmes
1 rep. le 7 octobre 2017

Théâtre Avant-ScèneCognac
2 rep. les 10 et 11 octobre 2017

Théâtre Princesse GraceMonaco
1 rep. le 14 octobre 2017

Théâtre de MendeMende
1 rep. le 17 octobre 2017

L'OdysséePérigueux
2 rep. les 19 et 20 octobre 2017

Tournée 2015-2016

Théâtre du Petit LouvreAvignon
Du 7 au 30 juillet 2016

Festival les Nuits de la Terrasse et Del CatetThézan lès Béziers
26 juillet 2016

...

Ils parlent de nous

Ce moment de danse est superbe, comme est superbe le sentiment que distille Ariane Ascaride : elle a cinq, huit, quinze ans et c’est aussi la femme d’aujourd’hui, comédienne qui au théâtre comme au cinéma est d’une présence éblouissante et tendre.

Le Figaro - Armelle Héliot

On quitte cette « petite ode au théâtre et à la vie » comme l’écrit Marie Desplechin littéralement charmé.